Témoignages d’anciens : IMMASSI Naïma


IMMASSI Naïma

Diplômé d’un Master 2 DEPP 


Quel est votre parcours universitaire ?

J’ai fait une licence de droit à la faculté de droit de Brive-la-gaillarde,
un master 1 droit des affaires et un master 2 spécialité, Droit des Entreprises et des Patrimoines Professionnels en 2016-2017.

Pourquoi ce choix de cursus ?

Par défaut initialement, mais , après un échec et un redoublement lors de ma première année de licence, je me suis découvert une appétence pour les matières
enseignées.
Appétence qui s’est accrue lorsque je me suis spécialisée en droit des affaires. 

Quels retours avez-vous sur le master ? Son contenu ? La relation avec les enseignants ?

Un très bon souvenir humainement parlant. Je suis toujours en contact avec certains
de mes camarades .

Au niveau des compétences et des connaissances acquises : en droit des affaires,
les matières enseignées m’ont permis d’obtenir le concours d’Inspecteur des
finances publiques cette année.

Les enseignants nous ont fourni des cours de grande qualité, une proximité et leur
disponibilité : un grand remerciement à Monsieur Bayle (qui est parti à la retraite),
Monsieur Garaud, Madame Yildirim, Monsieur Leobon, Madame Meyzeaud -Garaud,
Monsieur Margénaud, Monsieur Devaux…j’en oublie…

Vous pouvez dire aux étudiants que la DGFIP recrute…d’ailleurs, énormément de
diplômés en droit se présentent aux concours.

Quelles sont les compétences / savoir-faire acquis dans le cadre du master ?

Comptabilité générale de l’entreprise (lecture d’un bilan, compte de résultat), procédures collectives (prévention et traitement des difficultés des entreprises),
fiscalité des entreprises, droit des sociétés, méthodologie de la note de synthèse.

Avez-vous effectué un stage ? Si oui, où ?

Oui, de validation de mon master dans un cabinet d’avocat fiscaliste.

Comment s’est passée votre insertion professionnelle ?

Un peu laborieuse les 6 premiers mois suivant la fin de mes études. J’ai enchaîné les
CDD en parallèle à ma préparation aux concours de la Direction générale des
finances publiques.

Quel est votre parcours professionnel ?

J’avais le projet de passer les concours de la DGFIP depuis la 2e année de licence
(vacataire dans une trésorerie en été).

Après avoir échoué aux écrits de l’examen d’entrée à l’école des avocats, j’ai préparé
les concours de la DGFIP et, parallèlement, j’ai travaillé en tant que secrétaire
juridique dans une étude d’huissier (CDD de 2mois) et en tant que chargée d’accueil
dans une banque (CDD de 5mois).

Quel est votre métier actuel ? En quoi consiste-t-il au quotidien ?

Contrôleur des finances Publiques en trésorerie spécialisée Secteur Public Local, en
Corrèze.
Missions : La gestion des budgets des communes, EHPAD, Syndicats des eaux.
L’encaissement des recettes des communes : cantine, factures d’eau…
Nos interlocuteurs sont les maires, les secrétaires de mairies, les syndicats, les EHPAD.

Pourriez-vous nous décrire une journée type ?

Accueil des usagers, tenue de la comptabilité des communes, traitement des
opérations de trésorerie diverses, encaissement des recettes diverses…

Quels liens entre les compétences acquises pendant le master et votre travail actuel ?

Dans mon poste actuel, de la comptabilité.
J’ai obtenu le concours d’Inspecteur des finances publiques cette année. Dans mon
futur poste, j’ai le projet de travailler en brigade de contrôle fiscal afin de contrôler la
comptabilité des entreprises, ou encore en pôle de recouvrement spécialisé qui se
charge du recouvrement des créances privilégiées du trésor. Il est indispensable de
maîtriser les procédures collectives.
Aussi, pour passer le concours de contrôleur et d’Inspecteur des finances, il faut
maîtriser la méthodologie de la note de synthèse et avoir de solides connaissances
en droit des affaires si l’on souhaite prendre cette matière en option. Les matières
enseignées lors de mon master m’ont permis de réussir l’écrit et l’oral d’option.

Des conseils pour les futurs étudiants de master ?

Oui, garder l’esprit ouvert, de nombreuses portes vous sont ouvertes.
Se renseigner sur les concours de la fonction publique pour ceux qui ne souhaitent
pas forcément se diriger vers les professions du droit « pur » (avocat, notaire) car
offre également des perspectives d’évolution professionnelle très intéressantes et
une palette de métiers très variés, à l’instar de la DGFIP.